Journaliste,chroniqueur, critique littéraire


L'espoir de la meute

Editions Atramenta  ISBN 978-952-273-963-6

C’est au son d’un requiem, de Mozart, de Berlioz, non de Philippe Devos, que nous entrons dans cette meute.

La musique de ces vers nous accompagne tout au long de ce magnifique recueil de poèmes, tantôt nostalgiques, tantôt vibrant d’espoir.

L’angoisse de la mort et de la séparation de l’être aimé y est omniprésente.

 

« Couleurs chimères » est magnifiquement écrit, des poèmes aux accents persiens, où nature et mythologie sont intimement liées.

Baudelaire n’est jamais très loin dans les vers de Philippe Devos qui par son talent de poète nous peint littéralement les rues brillantes d’humidité où se reflètent des lampadaires blafards.

Nous y verrions presque un tableau exécuté au couteau.

Le rythme de certains poèmes, tel « La gare » où l’absence totale de ponctuation marque avec force la vie trépidante des citadins.

La nature, la mer et les forêts peuplées de leurs êtres mystérieux et enchanteurs ne vous laisseront pas indifférent.

 

C’est un hymne à l’amour que nous livre Philippe Devos avec son recueil « L’espoir de la meute ». On s’y sent bien comme lorsqu’on s’installe au coin du feu et que les flammes dansent devant nos yeux émerveillés.

 

Un recueil tendre et angoissé à la fois, qui selon les jours de lecture vous accompagnera au fil de votre vie.

 

Kariane Maxwell, janvier 2018