Journaliste,chroniqueur, critique littéraire


La mort dans l'âme.

Auto édition, ISBN 9781521509104

« Surtout ne racontez pas la fin » tel est la phrase d’accroche sur la manchette rouge du roman de Roland Collin.

Un livre superbement écrit, foisonnant de détails, de descriptions toutes plus abouties les unes que les autres.

Roland Collin, écrivain scénariste, nous livre ici son premier roman écrit par amour.

Et quel roman !

Dès le prologue vous êtes happé par l’atmosphère de ce thriller où se mêlent fantastique et Histoire.

Nous arpentons les dédales du Fort, rebaptisé ici Fort de la Vigie, qui n’est pas sans rappeler celui du fort Sainte Agnès bâti sur la ligne Maginot et qui servit de bastion défensif pour la ville de Menton lors de la deuxième guerre mondiale.

L’auteur nous renseigne avec moult détails sur cette vie de garnison entre ces montagnes.

L’eau suinte sur les pages de ce roman fascinant et psychologiquement éprouvant, on sent les odeurs de ces tunnels où des hommes ont combattus.

L’art de Roland Collin pour les descriptifs, aussi bien matériel qu’humain fait qu’il est impossible de lâcher cet ouvrage.

Il joue sur toute la gamme des sentiments humains tel un violoniste avec son archet et nous décline une éprouvante symphonie de la psychologie humaine.

Le suspens est derrière chaque mots, derrière chaque roche, au détour de chaque tunnel, caché derrière un volet dans ce village qui se remet difficilement des affres de la deuxième guerre.

On y découvre les non-dits, les animosités des uns et des autres.

L’écriture est fluide, le vocabulaire choisit, les références à l’art et à la littérature classique adoucissent l’effet militaire de ce très beau roman.

Une véritable découverte.

 « La mort dans l’âme », je vous incite à le lire avec empressement pour ne pas oublier l’enfer que fût la deuxième guerre mondiale et les conséquences qui en découlèrent durant de nombreuses années.

Alors non, je ne vous raconterai pas la fin !

 

Kariane Maxwell 2017

 

heartheartheart