Journaliste,chroniqueur, critique littéraire


L'improbable Voyageur bande annonce


L'improbable voyageur

Editions LC. www.editionslangoiscecile.fr

L’Improbable Voyageur Karine van de Velde

 

Karine van de Velde nous avait habitué à sa plume poétique avec ses deux ouvrages, « Les écueils du recueil » et « Au temps de l’hivernage », parus tous deux chez éditions LC. .

Nous avions annoncé lors d’un précédent article la parution prochaine d’un roman.

C’est chose faite.

L’improbable voyageur est arrivé dans les librairies et il y a fait une entrée fracassante.

N’oublions pas qu’il s’agît du premier roman de cette auteure qui nous a déjà séduit par sa plume lors de ses précédents ouvrages.

On retrouve cette nervosité dans l’écriture au fil des pages de ce livre.

Un style très particulier d’une originalité nouvelle, un voyage intérieur dans un monde extérieur magnifiquement dépeint par l’auteur qui est aussi ne l’oublions pas peintre.

Elle nous brosse des portraits ciselés comme elle l’aurait fait d’un tableau.

Sa grande connaissance de la nature humaine fait qu’elle nous déroule sur la trame de sa toile, des personnages hauts en couleurs, certains d’une bassesse écœurante.

L’intrigue vous tient en haleine à chaque page.

Le style est fluide, l’écriture coule comme le fleuve qui nous baigne au travers de ces pages.

Un roman d’aventure que nous pourrions croire écrit à une autre époque tant le talent de l’écrivain nous transporte dans le passé.

Nous voyageons dans l’immensité de la nature et l’étroitesse d’esprit de certain personnage jusqu’au dénouement final.

La magnifique préface de Djamel Boussafsaf est à la hauteur de ce bouleversant roman qui fait du bien au moral.

 

Ce livre vous emportera dans un voyage époustouflant.

 

Kariane Maxwell, déc 2017

 

heartheartheart


Les écueils du recueil

Editions LC. www.editionslangloiscecile.fr

L’écrivain et le peintre

Il y a des gens qui vous fascinent dès la première rencontre.

Pour mille et une raisons.

Karine van de Velde est de ceux-là !

Elle vous emmène dans son enfance africaine par ses tableaux, par ses écrits.

Elle est peintre et poète, issue d’une lignée d’artistes dont les origines remontent au XVème siècle.

De cette peinture hollandaise, elle en a gardé le trait fin et précis de ses aïeuls, la maîtrise du clair-obscur et un jeu subtil de lumières qui ne vont pas sans évoquer un certain William Turner.

Mais la comparaison s’arrête là car Karine van de Velde signe des toiles orientalistes d’une grande douceur avec une qualité picturale et une mise en scène unique.

Elle vit sa peinture et la rend vivante, nous faisant découvrir un monde énigmatique, celui du désert africain où se côtoient Touaregs, peuls, nigérians, maliens, mauritaniens et nigériens vacant à leurs occupations quotidiennes.

Il règne dans ses tableaux une douce nostalgie d’un temps révolu.

Certes l’orientalisme n’est plus à la mode et à contre-courant de l’art contemporain mais Karine van de Velde a décidé de s’imposer par son style, envers et contre tout.

Elle offre à son public lors de grands salons internationaux tout un choix de techniques diverses, aussi bien dessins que pastels ou encre de chine. Mais sa préférence va à la peinture à l’huile pour son côté sensuel dit-elle.

Car la sensualité se retrouve dans son œuvre écrite : « Mort lente du sommeil épuisé, corps sans vie car tu l’as bue à la source palpitante et humide de mon être » Les mots interdits in Les écueils du recueil, Editions Langlois Cécile

Les mots sont délicatement posés sur la page comme une touche de peinture.

Là encore une grande nostalgie vous saisit à la lecture de ce premier très beau recueil de poèmes écrits pour une grand part à son retour d’Afrique.

 

 

 Le portrait serait incomplet s’il ne se profilait pas, à l’horizon 2017, la sortie d’un nouveau livre, un roman cette fois-ci.

 

Un roman d’aventure où l’auteur nous livre des portraits d’hommes et de femmes torturés par leurs ambitions ou leurs passés.

Au fil des pages, nous voyons se dérouler, tel un somptueux tapis d’orient les motifs des uns et des autres, le tout posé sur un continent majestueux qu’il vous appartiendra de découvrir lors de sa prochaine sortie.

 

Kariane Maxwell, décembre 2016

 

 

 

 

 


Au temps de l'hivernage

Editions LC. ISBN 979-10-93510-57-6

On retrouve le peintre au fil des pages, tant par les mots que par les illustrations de certains textes par ses propres toiles.

Il s’agît d’un livre flamboyant et dur à la fois, où les termes choisis sont tranchants comme des coutelas.

Dans son deuxième opus, « Au temps de l’hivernage » l’auteur nous fait découvrir l’Histoire du Mali, pays durement touché par la guerre et l’extrémisme.

Les vents africains rythment ce recueil, des vents de tempêtes ou de fraîcheur qui apportent la saison bénie de l’hivernage, celle où les corps et les cœurs s’apaisent.

On sent chez l’auteur un amour profond de sa terre d’enfance, de son terreau qui l’a fait grandir comme elle aime à le rappeler.

Karine van de Velde maîtrise l’art du conte oral dans ces poèmes aux sons des grandes épopées de l’Afrique.

Un livre qui navigue entre légendes et histoire.

La magie des mots opère, on se laisse porter par les images qui viennent à notre esprit.

Un recueil pour voyages immobiles, pour trouver la chaleur au cœur de l’hiver.

L’auteur nous enchante, nous transcende par un phrasé à la fois simple et construit.

 

De la poésie certes, mais qui se dévore et se relit comme un bon roman.

 

©Kariane Maxwell